SISTECH- Grèce

Inclusion

L’inclusion des femmes réfugiées

Les femmes réfugiées, l’un des groupes les plus vulnérables de la société, sont confrontées à des difficultés décourageantes lorsqu’elles entrent sur le marché du travail. Des années après leur arrivée en Europe,
elles ont deux fois moins de chances de trouver un emploi que leurs homologues masculins.
Lorsqu’elles trouvent un emploi, il s’agit souvent de postes peu qualifiés et temporaires. L’association à but non lucratif
Sistech, une organisation à but non lucratif, reconnaît les difficultés – mais aussi le potentiel – des femmes réfugiées. En Grèce, l’organisation leur donne accès à des emplois dans les secteurs de la technologie et du numérique depuis 2021. Les programmes de formation et de mentorat de carrière de Sistech ont été conçus avec les femmes réfugiées, afin de répondre à leurs besoins réels et de les mettre sur la voie professionnelle de leur choix.

L’histoire de Sistech

Sistech a été fondée par l’entrepreneure sociale française Joséphine Goube en 2017 en tant que spin-off de l’organisation Techfugees. Elle a été inspirée pour créer Sistech sur la base de quelques observations critiques. Les femmes réfugiées sont confrontées à un taux de chômage élevé, même des années après leur arrivée dans leur pays d’accueil et à des taux deux fois supérieurs à ceux de leurs homologues masculins. En outre, pour s’assurer un salaire, elles sont souvent contraintes d’accepter des emplois pour lesquels elles sont surqualifiées. Les anciennes avocates se contentent d’un emploi de caissière ; les ingénieures se retrouvent à faire le ménage. Dans le même temps, les secteurs de la technologie et du numérique, en pleine expansion, peinent à recruter et à retenir les talents. C’est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit d’embaucher des femmes.

Le premier programme de Sistech a débuté à Paris par un simple projet pilote. Il a permis à un groupe de 12 femmes d’acquérir les compétences techniques et la connaissance du marché du travail local pour commencer à chercher un emploi. Et la majorité des femmes ont trouvé une opportunité professionnelle ! Sistech a renouvelé l’expérience l’année suivante avec un nouveau groupe en France et a obtenu des résultats similaires. Confiante dans sa capacité à reproduire le même programme avec davantage de femmes, l’organisation a diversifié son offre de programmes et s’est étendue géographiquement. Sistech a lancé ses premiers programmes en Grèce et en Italie en 2021.

Tout au long de cette période, l’ONG a noué des relations avec des cadres du secteur technologique qui sont convaincus que la diversité rend leurs entreprises plus solides et plus innovantes. Les entreprises partenaires embauchent des diplômés des programmes de Sistech, contribuent au financement des opérations et profitent des possibilités de bénévolat et de mentorat pour leurs employés. Aujourd’hui, Sistech soutient plus de 300 femmes réfugiées chaque année, en organisant des sessions de mentorat, des formations certifiées et des événements de mise en réseau.

Mission

Sistech

Sistech existe pour faire progresser l’autonomisation économique et sociale des femmes réfugiées en facilitant leur accès à un emploi durable. L’association contribue également aux objectifs de recrutement des secteurs technologiques et numériques en Europe.

2024-2025

Think Human Foundation & Sistech

Les deux organisations ont commencé leur collaboration en Grèce en septembre 2023, autour de la valeur partagée de l’inclusion. Think Human Foundation et Sistech sont convaincues qu’il faut fournir aux communautés vulnérables les outils éducatifs et professionnels qui leur permettent de progresser.

Depuis cette année, Concentrix + Webhelp a financé une bourse de programme et envoyé des recruteurs aux événements de réseautage de Sistech. En conséquence, Concentrix+ Webhelp a embauché deux femmes qui avaient suivi le programme de mentorat.

Avec le soutien de Think Human Foundation, Sistech continue de proposer ses programmes innovants en Grèce. Outre la formation technique, les fonds permettent aux participants d’avoir accès à des ordinateurs, à l’internet, à des cours de langue et à des moyens de transport, ainsi que de bénéficier d’un soutien en matière de santé mentale en cas de besoin.

 

Want to know more? Contact us